Ce portfolio se veut un objet de recherche et de découverte, un lieu de partage et d’échanges entre «alter» et «ego». Tous les commentaires seront donc les bienvenus, et j’en remercie par avance leurs auteurs.

«Sẽ có một ngày trên hành trình đến với những cánh đồng Abydos của Osiris dương trần tục luỵ em bỏ lại đàng sau cả những thân sơ giận thương yêu ghét...»


Chers collègues,


Après une assez longue période de tâtonnements, voici enfin le fruit de mes efforts continus.

J’ai le grand plaisir de mettre à votre disposition un e-portfolio que j’ai conçu comme outil d’accompagnement à mon auto-formation, et en tant qu’enseignante-chercheur-formateur (ou ... chercheuse-formatrice ?), ceci dans le but de favoriser des échanges et contacts avec des collègues d’ici et d’ailleurs.

J’aurais aimé un outil plus approprié (pour plus de facilité dans la conception et dans la lecture), mais je n’en ai pas trouvé. Je compte donc sur votre compréhension.

Si les jeunes collègues y trouvent quelque utilité pour leurs réflexions, ou pour alimenter et enrichir leur vécu professionnel, ce sera à ma très grande joie, et j’en serai bien honorée.

Je compte aussi sur vos remarques, suggestions et propositions (qui seront ajoutées en fin de chaque article ou en bas de la page) pour pouvoir améliorer cet outil. Vous pourriez de même me les communiquer par email (phamthi.anhnga@yahoo.fr).

Avec mes sincères remerciements,

Et Bonne Année du Buffle !


Anh Nga

dimanche 27 juin 2010

Pélican VII


Papa, dans mon souvenir, je vous avais toujours vouvoyé je crois ... . Un peu comme les jeunes Français de l’époque à leurs parents, ou comme dans des romans classiques venus de France que, enfant, je lisais.
Vous rappelez-vous, Papa, des occasions de soirée musicale et dansante (si drôles) de notre troupe “Anh Minh Anh Nga” à l’époque où vous et Maman, vous étiez toujours les seuls fervents spectateurs, éblouis et radieux face aux efforts déployés sur scène par les enfants que nous étions? Le français y servait de moyen d’échange tout comme notre langue maternelle, le vietnamien, et nous vous disions tous “vous”, à vous comme à Maman, n’est-ce pas Papa?
Puis des années ont passé... Vous avez quitté ce monde avant que je puisse passer (un peu tardivement) le cap du vouvoiement au tutoiement d’un enfant auprès de ses parents. Ou est-ce des chansons francaises bien connues sur les mères qui m’ont fait sentir le tutoiement plus facile avec Maman (“Maman, oh maman, toi qui m’as donné...”)? Je l’ignore, Papa, mais j’ai plus de mal à vous dire “tu” alors que, avec Maman, je le sentirais plus aisé. Un jour peut-être, j’arriverai à vous dire “tu” de manière spontanée, j’espère... Mais pour le moment, je ne saurais expliquer pourquoi j’ai cet “handicap”.
En voilà une, Papa, parmi plusieurs questions que j’aurais tant aimé vous poser, pour plus d’éclaircissements, maintenant que vous vous trouvez loin, si loin...
Vous le savez, Papa, j’ai encore hérité de vous des problèmes concernant les yeux. (Pas fameux, oui je sais. Mais ai-je le choix, Papa?) En fait, des problèmes, mais pas tout à fait de la même manière: vous aviez une cataracte, moi j’ai un ptosis. Mais comme vous, j’ai passé par des péripéties ennuyeuses, et dernièrement, j’ai subi une première opération, et il me faudrait attendre un certain temps encore pour “repasser sur le billard”. Veillez bien sur moi, Papa, comme je vous ai silencieusement supplié ces derniers temps, chaque fois que je devrais affronter une épreuve médicale, un test difficile, douloureux même, une opération (sous anesthésie locale)... Car à vous sentir auprès de moi, tout près, c’est si réconfortant!
C’est entre deux opérations que je retape ces extraits de lettre de vous, écrite et expédiée quelque temps avant votre départ définitif, et que j’ai redécouverte ... (Excusez-moi pour des mots indéchiffrables, que je devine à peine. J’ai laissé aussi vos “tics” tels quels, tant pis, c’est pas si grave que ça, c’est même mignon... :-) )
Lettre de Papa (10 avril 1994)
Extrait 1
Nga viết: “Càng nuôi con, lo lắng dạy dỗ cho con mình, con càng thấy công ơn trời bể của Ba Mạ, mà con biết cả đời con cũng không đền đáp nổi!”
Ba không biết Mạ có cảm nghĩ gì khi đọc mấy dòng Nga viết, chứ Ba đọc mà Ba khóc!
Phải chăng vì mấy dòng Nga viết đã lay động Ba nhiều, nên đêm 8-4-94, Mạ [?!] ngủ, nằm mơ, thấy Nga lu bù khóc, và nói với Ba: “Con xin Ba tha lỗi cho con!”
Thấy Nga lu bù khóc và nói vậy, Ba quýnh và nói: “Nga nín đi. Nga nào có lỗi chi quá nặng, mà phải xin lỗi Ba lại khóc nhiều như vậy?”
Extrait 2
Tất cả các con đã đọc Les Misérables của Victor Hugo, nhưng chưa con nào đọc kỹ như Ba.
Đây, các con có thể đã chỉ phớt qua, câu “La misère d’un enfant intéresse une mère, la misère d’un jeune homme intéresse une jeune fille, la misère d’un vieillard n’intéresse personne (1). C’est de toutes les détresses la plus froide.”
Victor Hugo (Les Misérables, tome 3, page 38).
Ba không kể công đâu. Exiger la reconnaissance, c’est presque mériter l’ingratitude... Ba tính lại trong nhiều người cùng lứa tuổi, cùng xuất thân như Ba, chưa có ai ráng làm việc nhiều cho con cái chỉ bằng chứ không hơn giá, không phải nói phách, tránh không vào đảng phái trong mấy mươi năm, chuyện không phải dễ, dù hầu hết công chức đều vào (mà dính vào học học tập, các con có học dễ dàng không?) gầy dựng sự nghiệp, không to, nhưng có, và tạo danh giá cho gia đình, để các con hưởng.
(1) của Ba, vật chất ... nhưng tinh thần buồn hơn, vì có con còn phiền hà Ba.
Extrait 3
Trong Les Misérables, nếu Jean Valjean đã không liều chết, vác thây của Marius ra khỏi hầm cống, thì chắc hẳn Marius đã chết rồi. Thế mà về sau, Marius khinh rẻ Jean Valjean, cấm Cosette gần Jean Valjean.
Còn Cosette... nếu không có Jean Valjean thì suốt đời sẽ làm nô lệ cho Thénardier, với tương lai mù mịt, và chắc chắn sẽ thành con điếm. Thế mà về sau, Cosette vân lời Marius, xa lánh Jean Valjean.
Tình đời là thế!
[...]
Thôi các con thương Ba thế nào cũng được. (coi bài L’amour des parents pour leurs enfants).
Ba thấm thía với đoạn cuối cũng Les Misérables...
Khi biết rõ Jean Valjean là ân nhân của mình, Marius hối Cosette chạy đến Jean Valjean. Mà Jean Valjean đang hấp hối. Mỗi lời nói của Jean Valjean thấm vào lòng Ba (Các con khó hiểu được. Ba không thể chép ra hết. Mà đưa làm photocopy thì đòi thì giờ, thư sẽ nặng hơn. Thôi, Ba chép lại vài câu chính.)
... J.V. nói: Ce n’est rien de mourir (1), c’est affreux de ne pas vivre...
J.V. để của lại cho Marius và Cosette, và giải thích đó là tiền tốt chứ không phải gian tham.
Il fit signe à Cosette d’approcher, puis à Marius; c’était évidemment la dernière minute de la dernière heure, et il se mit à leur parler d’une voix si faible quelle semblait venir de loin, et qu’on eût dit qu’il y avait dès à présent une muraille entre eux et lui.
- Approche, approchez tous deux. Je vous aime bien. Oh! c’est bon de mourir comme cela! Toi aussi, tu m’aimes, ma Cosette. Je savais bien que tu avais toujours de l’amitié pour ton vieux bonhomme. Comme tu es gentille de m’avoir mis ce coussin sous les reins! Tu me pleureras un peu, n’est-ce pas? Pas trop. Je ne veux pas que tu aies de vrais chagrins. Il faudra vous amuser beaucoup, mes enfants.
(Kế đó J.V. nói giao tiền lại cho cả hai.)
… J’ai fait ce que j’ai pu (2). Mes enfants, vous n’oublierez pas que je suis un pauvre (3), …..
(1) Khi bệnh Lao tái phát, Ba đã chết đi độ 15 phút, nhờ cậu Hoà làm sống lại.
(2) Lắm khi, Ba còn làm hơn nữa, vì các con.
(3) Sự nghiệp Ba, Ba chỉ làm với 2 bàn tay trắng, mồ hôi, nước mắt!


Extrait 4
….. vous me ferez enterrer dans le premier coin de terre venu sous une pierre pour marquer l’endroit (1). C’est là ma volonté. Pas de nom sur la pierre (2). Si Cosette veut venir un peu quelquefois, cela me fera plaisir. Vous aussi, monsieur Pontmercy (3). Il faut que je vous avoue que je ne vous ai pas toujours aimé; je vous en demande pardon (4). Maintenant, elle et vous, vous n’êtes qu’un pour moi. Je vous suis très reconnaissant (5). Je sens que vous rendez Cosette heureuse. … Mes enfants, ne pleurez pas. Je ne vais pas très loin. Je vous verrai de là. Vous n’aurez qu’à regarder quand il fera nuit, vous me verrez sourire.
(1) Cách đây khá lâu, anh Mai Trân nói chết Ba “sẽ dựng bia” ở Huế. Ba đáp: “Bia dựng, tôi không [?] ghi lại cũng không làm gì. Vả lại, chắc chi yên mãi. Bia, tôi cũng cần, bia chai hay bia lon. Nếu Huế có hoả tiêu [?], Ba tình nguyện. Tro, xương nếu có để, thì chỉ đến thế hệ nào còn thấy mặt Ba, sau đó cho ra Biển cả.”
(2) Ghi để làm gì? Con người sinh ra, cố làm tròn bổn phận, rồi thoáng qua như một cái bóng. Ai nhớ đến? Nhớ để làm gì? Và nhớ đến mấy hệ? Tham lam mà làm gì?
(3) Marius (vốn gia đình vọng tộc)
(4) Marius đã cư xử quá ư tàn tệ Jean Valjean, ân nhân của anh.
(5) Vì lòng thương yêu Cosette.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Jeanne d'Arc 1960-1973

Jeanne d'Arc 1960-1973
classes de 7e et 8e

classe de 4e

ENS de Hue 1973-1977

ENS de Hue 1973-1977
4e année

Université de Rouen 1996-1997

Université de Rouen 1996-1997
salle de documentation DESCILAC - le 9 janvier 1997

dernier cours de méthodologie 1997

Université de Rouen 1999-2000

Université de Rouen 1999-2000
soutenance de thèse

avec Anh Hai

... et les copains copines

ENS de Hue 2003-2004

ENS de Hue 2003-2004

Université d'Hélouan - Égypte 2004

Université d'Hélouan - Égypte 2004

Bangkok 2006

Bangkok 2006

ESLE de Hue 2006-2007

ESLE de Hue 2006-2007

Siem Reap 2007

Siem Reap 2007
anciens Rouennais

chez Minh 2008

chez Minh 2008

Pagode Từ Lâm (Hué) 2008

Pagode Từ Lâm (Hué) 2008

Vientiane 2008

Vientiane 2008
Avenue Lane Xang

Université Nationale du Laos

Bình Châu (Bà Rịa-Vũng Tàu) 2008

Bình Châu (Bà Rịa-Vũng Tàu) 2008

đăng quang 2008

đăng quang 2008

kỷ sửu 2009

kỷ sửu 2009
đền huyền trân

trúc lâm thiền viện

chez phan thuận an 2009

chez phan thuận an 2009

dans le soleil et dans le vent

thả thơ 2009

thả thơ 2009
trên sông Hương

tiến vào chung kết

Fai Fo 2009

Fai Fo 2009

canh dần 2010

canh dần 2010
chùa Từ Lâm

phật tử Quảng Viên

phật tử Quảng Viên
chùa Tịnh Giác

Huý nhật lần 7 của em Minh (5.10.2011 - 9.9 ÂL)

Huý nhật lần 7 của em Minh (5.10.2011 - 9.9 ÂL)
Nam-Nga Tuấn-Hà Phượng Chôm Bư Nin Hề + Tùng Tú