Ce portfolio se veut un objet de recherche et de découverte, un lieu de partage et d’échanges entre «alter» et «ego». Tous les commentaires seront donc les bienvenus, et j’en remercie par avance leurs auteurs.

«Sẽ có một ngày trên hành trình đến với những cánh đồng Abydos của Osiris dương trần tục luỵ em bỏ lại đàng sau cả những thân sơ giận thương yêu ghét...»


Chers collègues,


Après une assez longue période de tâtonnements, voici enfin le fruit de mes efforts continus.

J’ai le grand plaisir de mettre à votre disposition un e-portfolio que j’ai conçu comme outil d’accompagnement à mon auto-formation, et en tant qu’enseignante-chercheur-formateur (ou ... chercheuse-formatrice ?), ceci dans le but de favoriser des échanges et contacts avec des collègues d’ici et d’ailleurs.

J’aurais aimé un outil plus approprié (pour plus de facilité dans la conception et dans la lecture), mais je n’en ai pas trouvé. Je compte donc sur votre compréhension.

Si les jeunes collègues y trouvent quelque utilité pour leurs réflexions, ou pour alimenter et enrichir leur vécu professionnel, ce sera à ma très grande joie, et j’en serai bien honorée.

Je compte aussi sur vos remarques, suggestions et propositions (qui seront ajoutées en fin de chaque article ou en bas de la page) pour pouvoir améliorer cet outil. Vous pourriez de même me les communiquer par email (phamthi.anhnga@yahoo.fr).

Avec mes sincères remerciements,

Et Bonne Année du Buffle !


Anh Nga

mardi 28 octobre 2008

«Un instant de bonheur» (Trương Quang Đệ)

Le présent texte figure dans la rubrique «Fenêtre», rubrique consacrée à ceux et à celles qui souhaiteraient y laisser quelques-unes de leurs traces...
Bài này được xếp vào cụm bài «Fenêtre» (Cửa sổ), nơi dành riêng cho những ai mong muốn lưu lại đây một vài vết tích...
Pendant la grande pause du matin entre deux séances de cours, je me promenais dans la cour intérieure qui avait la forme d’un jardin à la française de la Faculté de Sciences de Hué. Cet emplacement de la Faculté avait appartenu à une institution catholique du nom de La Providence. Combien le nom d’autrefois avait un sens pour moi à cet instant, puisqu’il correspondait à merveille à mon humeur du moment. C’était à coup sûr un instant de bonheur, rarement trouvé dans la vie de tous les jours ou d’une probabilité presque nulle. Au fait, combien de noms significatifs et pleins d’essence humaine ont-ils disparu tout au long du tourment de l’histoire? La liste n’en finirait pas, me semble-t-il. Et je penserais plutôt déménager si un jour la rue qui passe devant chez moi portait le nom d’un moujik parvenu. Donc, j’étais alors dans la cour de La Providence d’autrefois et je savourais avec extase un véritable instant de bonheur. Tous les éléments intérieurs et extérieurs étaient bien réunis à ce moment-là pour me donner une sensation inouïe de plaisir. Il faisait très beau, un vent léger et frais caressait les conifères nains et les arbres à fleurs dans le jardin. Je marchais paresseusement le long des allées bordées de gazon.

Je venais de réussir à un travail de sculpteur: à partir des éléments disparates de la matière brute j’avais abouti à une forme raffinée et merveilleuse. Je dis cela dans un langage imagé ou dans un isomorphisme d’espaces de natures différentes. Il s’agissait en fait du travail d’un professeur de français dans le domaine de la traduction. J’avais donné à mes étudiants une nouvelle écrite dans un style très original et leur avais demandé de la traduire du vietnamien en français. Ils avaient travaillé en quatre groupes et j’avais ramassé quatre traductions différentes. J’avais procédé à une correction collective des quatre traductions depuis la première jusqu’à la dernière de façon successive. La participation des étudiants avait été active et fructueuse. Ils s’étaient montrés réellement heureux de voir qu’ils méritaient quelque chose. Puis un miracle s’était produit: tous les textes corrigés n’étaient que des textes originaux simplifiés; de la part du professeur comme de la part des étudiants on n’y ajoutait aucun mot nouveau. On se bornait à rayer toutes les expressions gauches ou inutiles, tous les mots employés de trop, puis on faisait des modifications dans l’ordre des mots et des propositions pour un certain nombre d’endroits. Les quatre textes corrigés étaient sortis de leurs anciennes formes comme par enchantement et avaient ébloui pour un bon moment le maître et ses élèves. Et avec un enthousiasme mal dissimulé, le professeur avait déclaré dans une formulation presque mathématique: «Corriger c’est simplifier et ranger d’une autre façon».

À bien réfléchir un tel miracle doit être très rare, d’une probabilité extrêmement faible. C’est le cas par exemple de l’apparition de la vie sur une planète. Mais au fond j’étais le seul à savoir que mes efforts inouïs dans le passé devraient un jour recueillir leurs fruits. Juste dans cet instant de bonheur je me rappelais la rage d’apprendre que j’avais entretenue tout au long de ma jeunesse face à l’absurdité de la vie intellectuelle et matérielle de l’époque. J’avais appris les langues pendant mes «descentes à la campagne pour vivre auprès du peuple» avec des documents didactiques de fortune du type «Assimil», à savoir «L’anglais vivant», «Tell us another». «French without toil» etc., produits d’occasion chez les bouquinistes d’Hanoi juste après les accords de Genève en 1954.

J’étais devenu un enseignant solide à toutes épreuves, comme une voiture tout terrain, une «command-car» soviétique ou une Landrover britanique, prêt à servir mes élèves dans de nombreux domaines. J’avais été sûr de ma mémoire et de mes facultés cognitives. J’avais pu à tout moment distinguer le vrai du faux. Mes convictions politiques, éthiques et scientifiques étaient univoques, cohérentes et inébranlables quels que soient les bouleversements de l’histoire. J’avais porté secours à mes collègues dans de nombreuses situations délicates et quelquefois périlleuses.

J’avais essayé de survivre à toutes sortes de fanatisme, au culte de personnalité, aux maladies contagieuses chez les peuples peu instruits. J’avais essayé de demeurer toujours moi-même face à des changements de modes de vie et de modes de pensée.

Combien coûtait alors cet instant de bonheur? Je me promenais dans les allées de La Providence tout en calculant cette énorme totalité de mes efforts dans le passé. Enfin une règle à tirer de ma vie: on gagne en restant toujours soi-même!
Trương Quang Đệ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Jeanne d'Arc 1960-1973

Jeanne d'Arc 1960-1973
classes de 7e et 8e

classe de 4e

ENS de Hue 1973-1977

ENS de Hue 1973-1977
4e année

Université de Rouen 1996-1997

Université de Rouen 1996-1997
salle de documentation DESCILAC - le 9 janvier 1997

dernier cours de méthodologie 1997

Université de Rouen 1999-2000

Université de Rouen 1999-2000
soutenance de thèse

avec Anh Hai

... et les copains copines

ENS de Hue 2003-2004

ENS de Hue 2003-2004

Université d'Hélouan - Égypte 2004

Université d'Hélouan - Égypte 2004

Bangkok 2006

Bangkok 2006

ESLE de Hue 2006-2007

ESLE de Hue 2006-2007

Siem Reap 2007

Siem Reap 2007
anciens Rouennais

chez Minh 2008

chez Minh 2008

Pagode Từ Lâm (Hué) 2008

Pagode Từ Lâm (Hué) 2008

Vientiane 2008

Vientiane 2008
Avenue Lane Xang

Université Nationale du Laos

Bình Châu (Bà Rịa-Vũng Tàu) 2008

Bình Châu (Bà Rịa-Vũng Tàu) 2008

đăng quang 2008

đăng quang 2008

kỷ sửu 2009

kỷ sửu 2009
đền huyền trân

trúc lâm thiền viện

chez phan thuận an 2009

chez phan thuận an 2009

dans le soleil et dans le vent

thả thơ 2009

thả thơ 2009
trên sông Hương

tiến vào chung kết

Fai Fo 2009

Fai Fo 2009

canh dần 2010

canh dần 2010
chùa Từ Lâm

phật tử Quảng Viên

phật tử Quảng Viên
chùa Tịnh Giác

Huý nhật lần 7 của em Minh (5.10.2011 - 9.9 ÂL)

Huý nhật lần 7 của em Minh (5.10.2011 - 9.9 ÂL)
Nam-Nga Tuấn-Hà Phượng Chôm Bư Nin Hề + Tùng Tú