Ce portfolio se veut un objet de recherche et de découverte, un lieu de partage et d’échanges entre «alter» et «ego». Tous les commentaires seront donc les bienvenus, et j’en remercie par avance leurs auteurs.

«Sẽ có một ngày trên hành trình đến với những cánh đồng Abydos của Osiris dương trần tục luỵ em bỏ lại đàng sau cả những thân sơ giận thương yêu ghét...»


Chers collègues,


Après une assez longue période de tâtonnements, voici enfin le fruit de mes efforts continus.

J’ai le grand plaisir de mettre à votre disposition un e-portfolio que j’ai conçu comme outil d’accompagnement à mon auto-formation, et en tant qu’enseignante-chercheur-formateur (ou ... chercheuse-formatrice ?), ceci dans le but de favoriser des échanges et contacts avec des collègues d’ici et d’ailleurs.

J’aurais aimé un outil plus approprié (pour plus de facilité dans la conception et dans la lecture), mais je n’en ai pas trouvé. Je compte donc sur votre compréhension.

Si les jeunes collègues y trouvent quelque utilité pour leurs réflexions, ou pour alimenter et enrichir leur vécu professionnel, ce sera à ma très grande joie, et j’en serai bien honorée.

Je compte aussi sur vos remarques, suggestions et propositions (qui seront ajoutées en fin de chaque article ou en bas de la page) pour pouvoir améliorer cet outil. Vous pourriez de même me les communiquer par email (phamthi.anhnga@yahoo.fr).

Avec mes sincères remerciements,

Et Bonne Année du Buffle !


Anh Nga

jeudi 1 janvier 2009

RAPPORT DU MÉMOIRE DE MASTER DE DOAN MY LINH CHI (2008)

Sujet du mémoire : L’art de la description dans Une vie de Guy de Maupassant et quelques suggestions pédagogiques
Spécialité : Didactique du Français FLE / FLS






















CONTENU DU RAPPORT
Le présent rapport porte sur les aspects suivants:

1. La forme du mémoire
L’ensemble du mémoire (73 pages) se compose d’une introduction (3 pages), du contenu essentiel réparti en 5 chapitres (55 pages), d’une conclusion (2 pages) et d’une bibliographie (2 pages, avec 38 références). À quoi s’ajoutent 4 pages d’annexes. Cette structure convient tout à fait aux exigences formelles d’un mémoire de master. Les chapitres traduisent les acquis de l’auteur du mémoire dans ses recherches et la répartition se montre assez bien équilibrée, sauf pour le chapitre 5 (3 pages) qui s’avère un peu trop mince, trop léger par rapport aux autres (9p., 20p., 14p., 18p.).
Le mémoire est rédigé dans un français correct, agréable à la lecture, avec malheureusement un certain nombre d’incorrections, de maladresses et de coquilles (une trentaine) qui malgré tout portent atteinte à la qualité de l’expression, et dont certaines peuvent y être graves: «il fait une fugue à Londres avec son amant» (p.13); «Ces verbes sont utilisés...» (p.17); «Mais une fois marié ...» (p.19); «cette fête saine et [...] de la salle l’envie de danser» (p.61, la marque [...] indiquant ici une suite de 6 mots qui manque dans la citation «... violente qui donnait aux convives mornes...»); «Écrivez un passage au thème de bêtise», «... au thème d’ennui» (p.69).
En outre, l’auteur aurait dû préciser dans l’introduction quelle édition de l’œuvre a été utilisée pour les analyses, puisque la pagination n’est pas la même d’une édition à l’autre, et que le fait de mentionner le livre dans la bibliographie ne suffit pas. Par ailleurs, le livre qui fait l’objet de l’étude devrait avoir sa place ailleurs, et non dans la bibliographie (ouvrages consultés).
L’articulation entre les différents chapitres, parties et aspects semble bonne, on y regrette pourtant une certaine négligence à certains endroits, surtout dans l’introduction du mémoire qui loin d’introduire le lecteur au sujet se présente plutôt comme du coq à l’âne.
Bref, malgré certaines imperfections, la forme répond convenablement aux exigences académiques.

2. L’actualité, la scientificité et l’aspect pragmatique du mémoire
Le rôle de la littérature dans une classe de langue se trouve reconnu non seulement dans la méthode traditionnelle (comme le précise l’auteur du mémoire dans l’introduction, p.3), mais aussi dans l’approche communicative, et de manière encore plus convaincante. Par conséquent, le sujet de mémoire se situe en rapport étroit avec l’enseignement / apprentissage de la littérature française au Département de français - ESLE de Hué, en complémentarité avec les cours de littérature, enfin comme lieu de réflexion et d’investissement pour la future tâche d’enseignante de littérature de l’auteur du mémoire.
De ce fait, le choix d’un sujet portant sur l’art de la description dans une œuvre d’un écrivain réaliste français du XIXe siècle me paraît tout à fait convaincant. De plus, cette tâche exigeante, cette dure épreuve témoignent du courage et de la détermination de l’auteur du mémoire qui mérite de vives félicitations.

3. La méthodologie de la recherche, la justesse des estimations, la fiabilité des données
L’auteur a adopté une méthodologie appropriée à la problématique du mémoire, à savoir un appui sur certaines théories littéraires (intertextualité, effets de style des figures rhétoriques...) , avec une documentation des études et analyses existantes de l’œuvre. Elle a fait preuve d’une maîtrise de cette méthodologie, qu’elle exploite efficacement pour certains aspects et moins pour d’autres. On y regrette malheureusement le recours à certains aspects théoriques qui auraient pu être utiles pour l’analyse (emploi de gradations, d’anaphores, musicalité ... dans les techniques d’écriture), et surtout pour les suggestions pédagogiques (théorie de la réception littéraire, rôle de la subjectivité...).
La plupart des estimations et interprétations du mémoire me semblent convaincantes, mais l’auteur se montre des fois limité à une lecture primaire sans accéder à des degrés supérieurs qu’exigent la lecture et l’analyse des descriptions aussi subtiles et complexes des personnages de «Une vie» de G. de Maupassant. Ainsi, le Comte de Fourville est classé parmi les personnages négatifs par l’auteur: «...Maupassant a tendance à employer des termes crus afin de décrire ses personnages négatifs dont Julien, l’abbé Tolbiac et le comte de Fourville.» (p.16). «La baronne et Emma se plongent ainsi dans les romans médiocres avec passion.» (p.51, alors qu’il s’agit de 2 chansons populaires ‘Au clair de la lune’, ‘Dans le jardin (de mon père)’ chez Emma Bovary, et de ‘Corinne’ (éventuellement de Mme de Staël) chez la baronne, qui représentent tous des beautés du patrimoine littéraire et culturel de la France, et dont je conseille à l’auteur du mémoire une meilleure connaissance.

4. Les résultats de la recherche et les apports du mémoire
Pour ce qui est de la description des personnages, l’analyse se montre plutôt sommaire et plate, et ne représente pas vraiment l’aspect subtil et complexe de certains personnages et comportements qui ne sont analysés qu’à un degré primaire. Par conséquent, le résultat de l’analyse s’avère peu convaincant. Le Comte de Fourville, est-ce un personnage négatif comme l’affirme l’auteur du mémoire? Mérite-t-il cette qualification d’animalisation comme le prétend l’auteur du mémoire: «Et on voit aussi, l’animalisation du comte qui se fait grâce à la comparaison: ‘Le comte de Fourville, au contraire, semblait comme un ours entré dans un salon.’». En effet, dans la langue française un ours dans un salon ou un éléphant dans un magasin de porcelaine symbolisent tout simplement la maladresse, le manque de finesse dans le physique ou le comportement. À vrai dire, la seule scène où il se montre hors de soi, où, sous l’effet de la jalousie qui l’a rendu fou, il agit instinctivement comme une bête sauvage, féroce et inhumaine, serait la scène du meurtre de Gilberte et de Julien.
L’étude aurait dû aussi exploiter et approfondir les différentes facettes dans la description d’un personnage (apparence positive et trompeuse de Julien et de l’abbé Tolbiac, apparence rude et maladroite mais bon cœur du Comte de Fourville...), tout comme discerner le portrait moral du portrait physique et le rapport entre les deux.
L’analyse de la description de la nature me paraît plus convaincante, grâce à une documentation sur le rôle des saisons bien exploitée (peut-être un peu trop!) par l’auteur du mémoire, et l’accès à ce site nous est possible avec ce lien: http://bacfrancais.chez.com/saisons.html. Seulement, même ici se présentent des affirmations peu convaincantes. Après avoir cité ce passage: «Ce printemps ardent semblait remuer les sèves chez les hommes comme chez les bêtes», l’auteur affirme (p.44): «Tout ce qui paraît disparu renaît passionnément comme les pensées de rêverie dans l’esprit de Jeanne». Alors que voici la suite de l’œuvre qui dénote en effet un certain décalage: «Et Jeanne, dont les sens éteints ne s’agitaient plus, dont le cœur meurtri, l’âme sentimentale semblaient seuls remués par les souffles tièdes et féconds, qui rêvait, exaltée sans désirs, passionnée pour des songes et morte aux besoins charnels, s’étonnait, pleine d’une répugnance qui devenait haineuse, de cette sale bestialité.».
Le point fort du mémoire réside peut-être dans les confrontations intéressantes de «Une vie» à «Madame Bovary» de G. Flaubert mais en même temps cet approfondissement semble s’écarter quelque peu du sujet abordé, et le lecteur y voit mal le lien qui unit, d’une part, cette analyse de l’influence flaubertienne (influence thématique et stylistique) qui porte ici sur l’ensemble de l’œuvre et, de l’autre, l’art de la description qui constitue le sujet même du mémoire.

5. Les possibilités d’application et les perspectives de recherche
L’aboutissement du mémoire donne l’impression que l’auteur se trouve encore à mi-chemin dans sa recherche qui dénote déjà certains résultats positifs mais reste inachevée.
Le mémoire ne mentionne pas de perspectives de recherche précises. En effet, une meilleure exploitation rigoureuse du même sujet serait un bon choix, ou, en parallèle, l’étude des œuvres d’autres auteurs en intertextualité pourrait aussi être intéressante.

6. Le contenu et la teneur du mémoire en fonction des exigences d’un mémoire de master
La présentation de l’auteur et de l’œuvre (chap. 1) me semble satisfaisante, juste, bien faite. Une réserve pourtant: le résumé de l’œuvre se trouve trop attaché à un document de référence sur le site littéraire http://www.alalettre.com/maupassant-oeuvres-une-vie.php dont des passages et même des phrases entières d’un résumé de Lily Bart sont repris presque tels quels (avec de part et d’autre quelques reformulations), alors que la référence n’a même pas été mentionnée en début du résumé comme il le faut. Le lecteur peut se demander pourquoi: l’auteur ne sait pas que mentionner une telle référence est une exigence, ou elle a choisi de laisser inaperçu le résumé existant de l’œuvre qu’elle reprend dans les menus détails?
Pour ce qui est de la description des personnages (chap. 2), le choix des personnages pour l’étude me semble adéquat, représentatif. L’analyse par contre reste un peu trop simpliste et mince, la description des personnages aurait pu être alimentée grâce à une documentation plus riche et mieux exploitée. La description de Julien pourrait par exemple être analysée dans le rapport à d’autres personnages ou dans ses différents rôles (séducteur, mari, père), comme le propose Élisabeth Kennel-Renaud, professeur de Lettres (http://yz2dkenn.club.fr/les_personnages.htm).
Le travail sur l’art de la description de la nature (chap. 3) et sur l’influence de Flaubert et du ‘’livre sur rien’’ (chap. 4) exploite efficacement la documentation et me semble assez bien analysé, convaincant, bien que cette influence flaubertienne se décale déjà un peu du sujet de mémoire.
Les réflexions méthodologiques et suggestions pédagogiques (chap. 5, 3 pages) restent minces, incomplètes et ne s’articulent malheureusement pas de manière efficace avec les résultats acquis dans les chapitres précédents. L’exercice littéraire des annexes «Un portrait de Véronèse» aurait dû trouver sa bonne place dans ce chapitre. Le manque d’expériences et une tendance à l’idéalisation ont sans doute poussé l’auteur à envisager «l’encouragement à la création littéraire chez l’apprenant» (p.68). Plus faisable et plus raisonnable serait une invitation à de la créativité dans l’apprentissage et la réception littéraire, plutôt que de la création, qui induirait au risque d’exclusion et d’abandon.
Quelques liens pourraient être utiles à l’auteur pour la lecture, l’analyse et la classe:
7. Consentement ou non-consentement pour la soutenance du mémoire
Je félicite les efforts conjugués par l’auteur du mémoire et consens à ce que ce mémoire de master soit soutenu devant un jury de soutenance.
Hué, le 22 décembre 2008
Le rapporteur

Prof.Assoc.- Dr. Pham Thi Anh Nga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Jeanne d'Arc 1960-1973

Jeanne d'Arc 1960-1973
classes de 7e et 8e

classe de 4e

ENS de Hue 1973-1977

ENS de Hue 1973-1977
4e année

Université de Rouen 1996-1997

Université de Rouen 1996-1997
salle de documentation DESCILAC - le 9 janvier 1997

dernier cours de méthodologie 1997

Université de Rouen 1999-2000

Université de Rouen 1999-2000
soutenance de thèse

avec Anh Hai

... et les copains copines

ENS de Hue 2003-2004

ENS de Hue 2003-2004

Université d'Hélouan - Égypte 2004

Université d'Hélouan - Égypte 2004

Bangkok 2006

Bangkok 2006

ESLE de Hue 2006-2007

ESLE de Hue 2006-2007

Siem Reap 2007

Siem Reap 2007
anciens Rouennais

chez Minh 2008

chez Minh 2008

Pagode Từ Lâm (Hué) 2008

Pagode Từ Lâm (Hué) 2008

Vientiane 2008

Vientiane 2008
Avenue Lane Xang

Université Nationale du Laos

Bình Châu (Bà Rịa-Vũng Tàu) 2008

Bình Châu (Bà Rịa-Vũng Tàu) 2008

đăng quang 2008

đăng quang 2008

kỷ sửu 2009

kỷ sửu 2009
đền huyền trân

trúc lâm thiền viện

chez phan thuận an 2009

chez phan thuận an 2009

dans le soleil et dans le vent

thả thơ 2009

thả thơ 2009
trên sông Hương

tiến vào chung kết

Fai Fo 2009

Fai Fo 2009

canh dần 2010

canh dần 2010
chùa Từ Lâm

phật tử Quảng Viên

phật tử Quảng Viên
chùa Tịnh Giác

Huý nhật lần 7 của em Minh (5.10.2011 - 9.9 ÂL)

Huý nhật lần 7 của em Minh (5.10.2011 - 9.9 ÂL)
Nam-Nga Tuấn-Hà Phượng Chôm Bư Nin Hề + Tùng Tú