Ce portfolio se veut un objet de recherche et de découverte, un lieu de partage et d’échanges entre «alter» et «ego». Tous les commentaires seront donc les bienvenus, et j’en remercie par avance leurs auteurs.

«Sẽ có một ngày trên hành trình đến với những cánh đồng Abydos của Osiris dương trần tục luỵ em bỏ lại đàng sau cả những thân sơ giận thương yêu ghét...»


Chers collègues,


Après une assez longue période de tâtonnements, voici enfin le fruit de mes efforts continus.

J’ai le grand plaisir de mettre à votre disposition un e-portfolio que j’ai conçu comme outil d’accompagnement à mon auto-formation, et en tant qu’enseignante-chercheur-formateur (ou ... chercheuse-formatrice ?), ceci dans le but de favoriser des échanges et contacts avec des collègues d’ici et d’ailleurs.

J’aurais aimé un outil plus approprié (pour plus de facilité dans la conception et dans la lecture), mais je n’en ai pas trouvé. Je compte donc sur votre compréhension.

Si les jeunes collègues y trouvent quelque utilité pour leurs réflexions, ou pour alimenter et enrichir leur vécu professionnel, ce sera à ma très grande joie, et j’en serai bien honorée.

Je compte aussi sur vos remarques, suggestions et propositions (qui seront ajoutées en fin de chaque article ou en bas de la page) pour pouvoir améliorer cet outil. Vous pourriez de même me les communiquer par email (phamthi.anhnga@yahoo.fr).

Avec mes sincères remerciements,

Et Bonne Année du Buffle !


Anh Nga

dimanche 17 août 2008

VIVRE SON IDENTITÉ AU VIETNAM




----------------------
Anh Nga Pham Thi
École Normale Supérieure de Hué, Vietnam

Dans le monde actuel, le contact avec l'«extérieur» se présente comme un impératif à tout pays soucieux de son évolution et de son existence même. Cet article se veut un questionnement sur l'attitude à adopter de la part du Vietnam, «lourd» de son passé colonial, envers soi-même, envers l'Autre et l'autre culture dans l'espace francophone et face à la mondialisation. Il est à noter que ce questionnement se veut d'être une voix parmi d'autres et non la seule voix représentative du Vietnam.

Vivre son identité face à l'Autre

Si, à une époque récente, les cultures étaient encore présentées selon un modèle mosaïque, où chaque culture était conçue comme une entité stable, indépendante, on reconnaît, de nos jours, qu'aucune culture n'est indépendante des contacts, interactions avec d'autres cultures, et que cela la marque, la structure, la définit, par l'intermédiaire des jeux de représentations réciproques. D'où les notions de culture plurielle et de culture en mutation. Il est aussi unanimement reconnu que chaque individu est un métis culturel et véhicule plusieurs cultures, à des degrés divers, selon son vécu et son histoire personnelle.

D'autre part, depuis la conquête de l'Amérique par les conquistadores espagnols, la conception de l'Autre et de l'autre culture a pris plusieurs formes aussi dangereuses les unes que les autres: du reniement de l'identité de l'Autre comme être humain à part entière au classement hiérarchique des cultures dans une échelle de valeurs, avec comme repère sa propre culture. Selon que le sujet se situe dans une option universaliste ou relativiste, le rapport à l'Autre met l'accent sur la différence ou la ressemblance, et l'attitude qui en résulte prend des orientations différentes: destruction de l'Autre, reniement de son existence, ou assimilation de l'Autre à soi ou de soi à l'Autre. À une étape donnée de l'histoire de l'humanité, l'idéologie colonialiste l'emportait bien sur l'idéologie esclavagiste, mais, de nos jours, à l'idéologie colonialiste s'oppose ce que T. Todorov (1982, p. 225) appelle «la communication», qui vient la remplacer à l'échelle planétaire. L'Autre y est alter ego, semblable à soi mais différent, dans un effet de miroir permettant à chacun de mieux définir son identité propre. Dès lors, il ne s'agirait plus d'anéantir l'Autre ni de l'assimiler à soi ou de s'assimiler à l'Autre, mais de vivre son identité dans l'altérité et la diversité, face à l'Autre et avec l'Autre, les cultures étant en interaction et en interpénétration.

Cependant, le danger de retomber dans l'esprit colonialiste reste menaçant, car la tendance à l'égocentrisme et à l'ethnocentrisme reste toujours présente sans qu'on s'en aperçoive. D'autre part, pour les pays de l'Est et du Sud, le danger d'un nouveau malinchismo [1] culturel reste vivace face à l'hémisphère Nord. Jadis, comme de nos jours, le malinchismo culturel pouvait donner lieu non à l'acculturation, mais à une déculturation, voire à une a-culturation.
C'est en tenant compte de ces écueils reconnus dans les relations interculturelles que je vais examiner le cas du Vietnam et la voie qu'il a pu se frayer et poursuivre, de l'époque coloniale à nos jours.

Le cas du Vietnam, d'hier à aujourd'hui

Bien que les premiers contacts entre le Vietnam et l'Occident remontent à des époques plus lointaines, c'est avec la colonisation française et la pénétration du christianisme dans le pays que ces contacts se trouvèrent concrétisés. Pourtant, la situation du Vietnam était alors très critique, face à ces invasions étrangères qui le menaçaient tant sur le plan politique que sur le plan culturel.

Les mesures prises par le Vietnam étaient alors très variées. Face aux missions d'évangélisation mises au service des desseins colonialistes, la première réaction des rois Nguyên a été la fermeture des frontières et une politique anticatholique. De plus, pour préserver la culture nationale et garantir la stabilité politique, ils ont décidé de restaurer le confucianisme comme religion nationale. Cependant, l'intégration du christianisme put se faire au fur et à mesure, grâce à la même attitude d'acceptation qui avait déjà permis le rassemblement au Vietnam de phénomènes culturels importés (confucianisme, taoïsme, bouddhisme) pour former la «triple religion». Après quatre siècles d'évangélisation, le christianisme a trouvé sa place au Vietnam, avec environ 5 millions de catholiques et près d'un demi-million de protestants.

Le christianisme a connu de nombreuses difficultés dans son intégration du fait qu'il exigeait l'abandon du culte des ancêtres et le reniement de la «triple religion» qui faisaient déjà partie intégrante de l'identité culturelle des Vietnamiens. Ce n'est qu'avec le concile Vatican II (1962-1965) que l'idée d'alliance des Églises était acceptée et que les différences et nuances culturelles des églises locales se trouvaient respectées. On pourrait remarquer les couleurs locales du christianisme au Vietnam: conception originale des églises, costumes traditionnels pour aller à la messe, bâtonnets d'encens...

Ainsi, les phénomènes importés de l'étranger, même s'ils viennent de 1'«ennemi», ne sont pas à rejeter systématiquement. L'intégration du christianisme dans le pays illustre la souplesse d'esprit des Vietnamiens et, surtout, un esprit analytique qui consiste à discerner, chez l'Autre, ce qui mérite une opposition et ce qui peut être intégré chez soi, à travers un filtre et avec un esprit critique.

Ce même esprit analytique et de souplesse a conduit Hô Chi Minh à chercher sa voie pour le salut de son peuple en entreprenant un voyage en France, et à trouver ce salut en partie dans la devise de la révolution de 1789 (Liberté, égalité, fraternité), alors que c'est des invasions françaises et du colonialisme français que le peuple vietnamien souffrait.

Bien que la guerre d'Indochine reste pour nombre de Français une hantise, un «cas de conscience», surtout pour la «génération Vietnam», nous reconnaissons, avec du recul, que la présence française nous a apporté, à côté des ravages et malheurs indéniables, bien d'autres lumières que celle de Ong Nam (ou Alexandre Yersin). Nous lui devons, entre autres, une architecture coloniale avec empreinte vietnamienne, adaptée au climat et au milieu, des costumes à l'européenne, une combinaison entre l'Occident et les traditions vietnamiennes donnant naissance au áo dài, devenu symbole de la femme vietnamienne. Dans le domaine culturel et spirituel, nous devons aux missionnaires français et portugais l'écriture latinisée, le quôc ngu, créée à l'époque pour faciliter leur tâche d'évangélisation, mais qui permet de vulgariser l'éducation et d'élever le niveau intellectuel du peuple. Le contact avec la culture et la langue françaises nous a permis un enrichissement dans plusieurs autres domaines: presse, roman contemporain, poésie nouvelle, théâtre parlé, théâtre rénové, nouvelles techniques de peinture...

Ce souffle nouveau venu de l'Occident enrichit la culture vietnamienne sans pour autant l'anéantir. En effet, la culture d'un pays, d'une communauté est en quelque sorte constituée de couches, de strates qui ne s'excluent pas ni ne se superposent de manière discontinue, mais qui s'ajoutent, interagissent et s'interpénètrent.

À côté de cet esprit analytique, l'âme vietnamienne se voit dotée d'un esprit de synthèse qui a conduit le Vietnam, en temps de guerre, à entreprendre une guerre du peuple, selon une stratégie de guérilla et une coordination étroite entre différentes formes de résistance (combat militaire, politique et diplomatique), et qui l'a enfin mené, à chaque fois, à la victoire. Ce même esprit de synthèse a permis au Vietnam de mener, conjointement à l'intégration des idées nouvelles importées, une politique intérieure pour la préservation des valeurs traditionnelles: maintien des manifestations et activités culturelles traditionnnelles, protection et restauration des vestiges et patrimoines culturels. Cela permet la coexistence entre manifestations culturelles importées et tradition culturelle autochtone.

Pour ce qui est du passé colonial, de nos jours, et en cette occasion où l'on célèbre le cinquantième anniversaire de la bataille de Diên Bien Phu, on peut confirmer que si les Vietnamiens ont mené contre les envahisseurs une longue guerre de résistance, ils ont toujours su témoigner vis-à-vis du peuple français un sentiment de fraternité. En effet, la distinction entre, d'une part, ceux qui soutenaient l'idéologie colonialiste et étaient effectivement envahisseurs, et d'autre part, un peuple «bon vivant», qui aime «la bonne chère», courageux, fraternel leur a toujours paru évidente...

Dans les rapports entretenus avec ses anciens «ennemis», qu'ils viennent de l'Occident, du «Far West» ou du Nord, pour le Vietnam la page est bien tournée, et une politique d'ouverture lui permet de créer des liens et de les renforcer. Il a pu traverser des étapes difficiles où, par souci d'autodéfense, il a opté pour une prudente politique de fermeture: il l'a enfin remplacée par une politique d'ouverture. Le VIIe sommet de la francophonie (Hanoi, 1997) et les Assises de l'enseignement du et en français (Hué, 1997), les Seagames 22 (2003), le IIIe congrès de l'ASEP [2] (Hué, 2004) en sont des preuves convaincantes. Le Vietnam a par ailleurs entrepris des échanges commerciaux et culturels avec des pays jadis «ennemis». Le Festival de Hué, organisé tous les deux ans, avec la France comme partenaire et plusieurs autres pays participants, a choisi comme thème de cette année «patrimoine culturel, intégration et développement»; et un IVe symposium international de sculpture, «Impression de Hué-Vietnam», inauguré un mois avant, verra la participation de 30 sculpteurs venus de 5 continents.

Pour l'espace francophone, notons que le siège de plusieurs instances de la Francophonie se trouve au Vietnam: le Crefap [3] à Hô Chi Minh-Ville, le bureau Asie-Pacifique de l'AUF [4] et celui de l'AIF [5] à Hanoi... Quant à la langue française, malgré la tendance presque universelle à préférer l'apprentissage de l'anglais, le français connaît différents statuts dans les établissements scolaires du Vietnam. Tous ces efforts contribuent à assurer une certaine promotion de la langue française.

Espace francophone et mondialisation

Dans ses rapports avec les pays ayant le français en partage, l'attitude à adopter pour le Vietnam serait toujours celle qu'il a eue depuis plusieurs décennies: vivre son identité dans l'altérité et la diversité, tout en accentuant son rôle actif dans la médiation entre l'espace francophone et l’Asie-Pacifique. Il doit par ailleurs se garder de tomber dans un nouveau malinchismo culturel, mettant en position haute la France: nous sommes différents, mais non supérieurs ou inférieurs à l'Autre. Chacun avec sa couleur locale, comme dans une palette de grand maître, contribuerait à diversifier l'espace francophone et à en faire un tableau riche de couleurs, de nuances et d'harmonie.

Enfin, il serait souhaitable que les pays francophones soient solidaires pour une autre vision de la mondialisation et pour une action en faveur de l'adoption par l'Unesco, en 2005, d'une convention sur la diversité culturelle. Car la mondialisation peut être aussi bien un risque qu'une chance: une intégration pure et dure effacera les différences et anéantira le propre de chacun, mais, effectuée avec prudence et sagesse, dans le respect de la diversité culturelle, elle contribuera à enrichir l'identité de chaque communauté, de chaque pays.

Je me permets d'emprunter l'expression du poète haïtien René Depestre pour formuler ce vœu: que chaque être humain, francophone ou non, soit un «homme-banian», portant en soi ses racines, et que toute civilisation, d'Europe, d'Asie, d'Amérique, d'Afrique ou d'Océanie, soit une «civilisation-banian», et l'humanité sera un tableau aux mille couleurs, un orchestre constitué d'instruments de toutes origines.


NOTES

1. Malinchismo: terme utilisé par les Mexicains, à partir du nom de la belle Indienne «la Malinche», de l'époque de la découverte de l'Amérique, pour désigner l'adulation aveugle des valeurs occidentales, et qui caractérise aussi un sentiment d'infériorité face à une autre culture.
2. Asian-European Parlementary Participants.
3. Centre régional francophone d'Asie-Pacifique.
4. Agence universitaire de la Francophonie.
5. Agence intergouvernementale de la Francophonie.


RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ABDALLAH-PRETCEILLE M., Vers une pédagogie interculturelle, Paris, Anthropos, 1996 (1986).
TODOROV T., La Conquête de l'Amérique, Paris, Seuil, 1982.

--------------------------------

Anh Nga PHAM THI
Vivir su propia identidad en Vietnam

En este artículo nos interrogamos sobre la actitud que cabe adoptar —en relación con el país en sí, con el otro y con la cultura del otro— en un país francófono como Vietnam, que tiene un pasado colonial «pesado» y que a su vez quiere «recuperar» el desfasaje con respecto al resto de la humanidad, después de tantas adversidades y retrasos provocados por o durante las guerras. Para ello, apoyándonos en los conceptos de la interculturalidad, analizamos la forma en la que el país supo manejar su relación consigo mismo y con el exterior a través de la historia y proponemos una actitud que cada país debería de adoptar en el espacio francófono y en el contexto de la globalización. Nuestro planteamiento intenta ser una de las vías posibles y no la única vía representativa de Vietnam. Palabras clave: identidad, otredad, diversidad, cambio cultural, mestizaje cultural, espíritu sintético, espíritu analítico, malinchismo cultural, espacio francófono, globalización, pasado colonial.
-------------------------------------------------

Anh Nga PHAM THI
Living one’s identity in Vietnam

This article presents itself as a question on the attitude to take on the part of Vietnam, a French-speaking country bearing its “heavy” past colonial era. A country, after so many events and retards happening during and by reason of war, that is taking into account of catching up with the train of entire mankind which is moving forward. An attitude to adopt towards itself, towards the Other and the other culture. Thus, this article has made use of certain notions of intercultural, analyzed the way in which Vietnam has used to manage the relations to itself and to the Other, and proposes an attitude for each country to adopt in the French-speaking Community and in facing the globalization. This article bears the wish to be a voice among the others, but not the only voice that represents that of Vietnam. Keywords : identity, alterity, diversity, culture in mutation, cultural half-caste, synthetic mind, analytic mind, cultural malinchismo, French-speaking Community, globalization, colonial past.
-------------------------------------------------

Anh Nga PHAM THI
Vivre son identité au Vietnam

Cet article se présente comme un questionnement sur l’attitude à prendre, de la part d’un pays francophone tel que le Vietnam, «lourd» de son passé colonial, et attentif à «rattraper» le train en marche de l’humanité entière, après tant de péripéties et de retard connus durant et à cause de ses temps de guerre. Attitude à adopter envers soi-même, envers l’Autre et l’autre culture. Pour ce, il s’appuie sur les quelques notions de l’interculturel, analyse la façon dont le Vietnam a su gérer ses rapports à soi et à l’Autre, d’hier à aujourd’hui, et propose une attitude à adopter pour chaque pays, dans l’espace francophone et face à la mondialisation. Ce questionnement se veut d’être une voix parmi d’autres et non la seule voix représentative du Vietnam. Mots-clés : identité, altérité, diversité, culture en mutation, métis culturel, esprit de synthèse, esprit analytique, malinchismo culturel, espace francophone, mondialisation, passé colonial.

--------------------------------------------------------
Revue HERMÈS (CNRS France) No 40, 2004
http://www.123people.fr/ext/frm?ti=person%20finder&search_term=nga%20pham&search_country=FR&st=person%20finder&target_url=http%3A%2F%2Fdocuments.irevues.inist.fr%2Fhandle%2F2042%2F9501

-

2 commentaires:

  1. Em chào chị Nga. Em là Vương Thảo Vy, hiện em đang thực hiện đề tài nghiên cứu về tổ chức Francophone tại Việt Nam. Tình cờ em tìm được bài viết này của chị. Chị có thể cho em xin bản tiếng Anh của bài nghiên cứu này được không ạ? Em cảm ơn chị rất nhiều.
    Em, Vy

    RépondreSupprimer
  2. Chào Thảo Vy. Bài này mình viết theo "đặt hàng" của tạp chí Hermès (Pháp), qua giới thiệu của ông Serge Cao, đã lâu (2004). Chỉ có toàn văn tiếng Pháp thôi. Tiếng Anh thì chỉ có bản tóm tắt như ở trên.
    Nghiên cứu về Francophonie mà phải sử dụng bản tiếng Anh à, kể cũng lạ nhỉ.

    RépondreSupprimer

Jeanne d'Arc 1960-1973

Jeanne d'Arc 1960-1973
classes de 7e et 8e

classe de 4e

ENS de Hue 1973-1977

ENS de Hue 1973-1977
4e année

Université de Rouen 1996-1997

Université de Rouen 1996-1997
salle de documentation DESCILAC - le 9 janvier 1997

dernier cours de méthodologie 1997

Université de Rouen 1999-2000

Université de Rouen 1999-2000
soutenance de thèse

avec Anh Hai

... et les copains copines

ENS de Hue 2003-2004

ENS de Hue 2003-2004

Université d'Hélouan - Égypte 2004

Université d'Hélouan - Égypte 2004

Bangkok 2006

Bangkok 2006

ESLE de Hue 2006-2007

ESLE de Hue 2006-2007

Siem Reap 2007

Siem Reap 2007
anciens Rouennais

chez Minh 2008

chez Minh 2008

Pagode Từ Lâm (Hué) 2008

Pagode Từ Lâm (Hué) 2008

Vientiane 2008

Vientiane 2008
Avenue Lane Xang

Université Nationale du Laos

Bình Châu (Bà Rịa-Vũng Tàu) 2008

Bình Châu (Bà Rịa-Vũng Tàu) 2008

đăng quang 2008

đăng quang 2008

kỷ sửu 2009

kỷ sửu 2009
đền huyền trân

trúc lâm thiền viện

chez phan thuận an 2009

chez phan thuận an 2009

dans le soleil et dans le vent

thả thơ 2009

thả thơ 2009
trên sông Hương

tiến vào chung kết

Fai Fo 2009

Fai Fo 2009

canh dần 2010

canh dần 2010
chùa Từ Lâm

phật tử Quảng Viên

phật tử Quảng Viên
chùa Tịnh Giác

Huý nhật lần 7 của em Minh (5.10.2011 - 9.9 ÂL)

Huý nhật lần 7 của em Minh (5.10.2011 - 9.9 ÂL)
Nam-Nga Tuấn-Hà Phượng Chôm Bư Nin Hề + Tùng Tú